Quelqu’un dehors moi nulle part

________

quelqu’un dehors moi nulle part

CRÉATION 2012

Un personnage, Emma, erre entre son monde intérieur et le monde réel, des figures issues de son cerveau s’invitent dans son quotidien. Apparemment femme mariée vivant heureuse avec son époux et ses enfants, elle se retrouve confrontée à une Dame qui la tyrannise, un homme-femme cantatrice…
Quelqu’un dehors moi nulle part emmène le spectateur dans un monde où l’on peut se trouver dissout dans la réalité, où la perception de soi n’est parfois pas différente de la perception des objets, où il n’y a pas de frontière entre l’intérieur et l’extérieur. Ce monde, qui est le nôtre, celui de nos fantasmes, de nos projections, de nos évitements, glisse du merveilleux au sordide. On est fragmenté, on tente de se réunir.
Le principe d’écriture de la pièce de Sonia Willi joue sur le seuil, la limite entre situations réelles et fictives pour évoquer un état de perte de repères, d’identité, de définition de soi en fonction de l’autre. Dans Quelqu’un dehors moi nulle part, le plateau est le paysage mental du personnage principal, avec des principes d’images récurrentes, d’associations oniriques, afin d’amener le spectateur au plus près de ces décalages du réel. Les personnages les plus étranges sont parfois les plus réels et inversement.

Quelqu’un dehors moi nulle part
est le fruit d’une étroite collaboration entre écriture et mise en scène, où l’auteur Sonia Willi a écrit au cours des répétitions, accompagnant l’évolution du dispositif scénique et pour ces acteurs. Entre la fiction de l’écriture et la réalité du plateau, des images se créent, comme un fil conducteur onirique qui tente d’amener une cohérence dans nos personnalités éclatées.

Anne Monfort

PRODUCTION
Production Day-for-Night/cie Anne Monfort

Coproduction la Halle aux grains – Scène Nationale de Blois, ARCADI. Ce spectacle bénéficie du dispositif d’aide au compagnonnage auteur/compagnie de la DGCA, de l’aide à la production de la DRAC Franche-Comté, et du soutien de l’ADAMI.
Avec le soutien du CENTQUATRE.
Thanks au TRR-Villejuif et au Théâtre de l’Aquarium. Co-réalisation le Colombier – Bagnolet.

THE PRESS SPEAKS ABOUT IT
Le spectateur s’approche, d’une certaine manière – dangereusement ? – d’un paysage mental schizophrénique. Si fragmenté, comment se réunir ? S’inspirant de modèles cinématographiques – le dédoublement chez David Lynch, par exemple –, l’auteure nous embarque dans des mondes superposés, toujours porteurs de richesses poétiques insoupçonnées. Elle nous déroute, au sens propre du terme. Avec la prise de risque que cela sous-entend. La perte de repères avec la réalité étant un des symptômes dont souffrent les personnes schizophrènes, il s’agit probablement de faire connaître, autant que faire se peut, ces effets au spectateur.
Joël Plantet, Lien social, 29 novembre 2012

 © day-for-night

CAST
Texte et dramaturgie Sonia Willi

Direction Anne Monfort
With Florent Guyot, Jeanne Rosa, Laure Wolf
Espace et lumières Frédéric Blanc
Costumes et accessoires Charlène Strock
Composer Sébastien Escobar
Regard chorégraphique Muriel Bourdeau
Administration/production Jean-Baptiste Pasquier (FormART)
Booking Claire Dupont (Productions Théâtrales)

PERFORMANCE DATES
Les 27 et 28 mars 2012 | Création
La Halle aux Grains – Scène Nationale de Blois 
Du 10 au 15 avril 2012
Le Colombier – Bagnolet 
Du 3 au 7 octobre 2012
Le Colombier – Bagnolet 
Les 13 et 14 décembre 2012
La Ferme de Bel Ebat – Guyancourt

MORE INFORMATIONS
x Watch the teaser
x Read the french press

en_GB