Le terme « Opération Caravage » fait référence au désir de Rivette de montrer le réel sous un jour « encore jamais vu » et créer ainsi la surprise chez le spectateur. Ce projet de recherche, soutenu par la DGCA traite les transferts d’effets cinématographiques au théâtre, leurs implications sur les outils de l’acteur, en regard du spectateur . Ce projet se mènera en collaboration avec le laboratoire de recherche Thalim – notamment le « Vocabulaire de l’identification dans les arts du spectacle »,  le studio-théâtre de Vitry et l’ESAD. La première étape de ce travail se traduira par une session de recherche en décembre  avec les master de l’Université de Besançon.