Pas pleurer

________

pas pleurer

CRÉATION FÉVRIER 2019

Témoigner
Je m’interroge souvent, dans mes spectacles, sur la façon dont le corps est traversé par le politique, qu’il le veuille ou non. C’est, je crois, pour cette raison, au départ, que j’ai voulu adapter le roman de Lydie Salvayre, qui raconte l’histoire de sa mère Montse, traversée dans son corps par la révolution espagnole de 1936, par la retirada, et dans sa langue « fracagnole » par l’exil. Et aussi, car ce roman est venu entre mes mains par l’intermédiaire de mes parents.  Il y a eu donc, assez vite, une histoire de générations dans tout ça.

En creux du portrait de sa mère, Lydie Salvayre pose un autre portrait, le sien, d’autrice, de femme, de fille, d’héritière. Je crois que c’est surtout cela que j’ai voulu raconter et comment, à leur tour, les héritiers de l’histoire familiale et politique transmettent. Les aisances et les réticences de ces transmissions degré 2. C’est ce qui m’a amenée, je crois, à penser ce spectacle comme un dialogue entre une femme dépositaire de la mémoire de sa mère et un jeune homme, qui serait la troisième génération et regarde l’histoire avec un angle politique d’aujourd’hui, celui d’une Espagne encore traversée par la question des « nationaux ». De même que Lydie Salvayre, écrivant son livre, confronte la matière intime livrée par sa mère à une histoire racontée par les livres, au témoignage de Bernanos dans Les Grands cimetières sous la lune, nos deux personnages, Lidia et Marc essaient de comprendre, de relier l’intime et le politique, leurs connaissances historiques, psychologiques, scientifiques.

La rêverie autour du roman est devenue une rêverie sur l’histoire, sur la mémoire et les émotions que ces dernières charrient. Comment la mémoire passe à la génération suivante, dans les corps, dans les actes ? Quelles sont les traces dans une ville, cachées ou montrées ?  Comment raconter ce qu’on ne peut pas raconter, par les mots, par les images, par les sensations ? Ce chemin, nécessairement heurté, se confronte à des vides, à l’invention, à des ruptures de formes entre la littérature, le cinéma, le théâtre.  Et au final, comme dans toute quête, c’est la quête elle-même qui devient centrale, et constitue l’objet scénique ou filmique. 

Anne Monfort

PRODUCTION
Production day-for-night
Coproduction Oui! Festival de théâtre en français de Barcelone – Espagne
Avec le soutien de l’Institut Français dans le cadre de Théâtre Export, du CDN de Besançon Franche-Comté, du Colombier – Cie Langajà Bagnolet
Remerciements 31 Juin Films
La compagnie day-for-night est conventionnée par la DRAC Bourgogne Franche-Comté et par la Région Bourgogne-Franche-Comté et soutenue dans ses projets par le département du Doubs et la Ville de Besançon.

© Rita Martinos

DISTRIBUTION
Adaptation du roman de Lydie Salvayre

Conception et mise en scène Anne Monfort
Avec Anne Sée et Marc Garcia Coté
Vidéo Julien Guillery
Scénographie et costumes Clémence Kazémi

Création lumières et régie générale Cécile Robin
Création son Julien Lafosse
Le film a été tourné en octobre 2017 à Barcelone et a été réalisé par Julien Guillery  avec la collaboration d’Emmanuel Barraux et Anne Monfort 

Production Coralie Basset
Diffusion Florence Francisco
Les Productions de la Seine

Relations presse Olivier Saksik – Elektronlibre

DATES DE REPRÉSENTATION
Saison 2021/2022

Du 10 au 15 mai 2022
Le Colombier-Bagnolet

Saison 2020/2021
Du 5 au 7 octobre  2020
Le Parvis-Scène Nationale de Tarbes

Le 16 octobre 2020
L’Arc-Scène Nationale du Creusot 
[Calendrier des représentations précédentes dans Plus d’informations]